Partagez cet article:

Le confinement de la population a eu des effets positifs sur l’environnement, c’est certain. Sur le délai de recours dont nous disposons contre l’autorisation environnementale de Chimimeca, il a eu un autre effet: celui de le rallonger. Nos besoins financiers ont eux aussi augmenté pour lancer la procédure. On fait le point.

Lors de la campagne des municipales, Lucien Barge le maire de Jonage avait martelé dans ses communications que Chimimeca ne pourrait plus s’installer à Jonage. On vous expliquait ici pourquoi cette information était peu réaliste car juridiquement l’affaire était loin d’être terminée.

Rappelons qu’en fin d’année 2019, le maire annonçait aux journalistes de France 3 Rhône-Alpes que l’entreprise irait finalement s’installer à Feyzin. L’information avait été démentie par tous dans le Progrès quelques jours plus tard.

Nous continuons à le répéter, aujourd’hui, en terme juridique rien ne laisse penser que le projet ne se fera pas. Il est certainement ralenti, mais pas définitivement abandonné. D’autant plus que l’autorisation environnementale est toujours en vigueur sur le terrain.

Comme vous le savez certainement, nous avons fait appel à un avocat pour faire un premier recours administratif et s’assurer que nous sommes en mesure d’agir juridiquement contre l’autorisation environnementale accordée à Chimimeca. Il s’agissait aussi d’établir une approximation des honoraires pour la suite du dossier, en cas de recours contentieux contre l’autorisation environnementale.

Nous avons reçu il y a quelques jours la consultation de notre avocat.  Cette consultation d’une vingtaine de pages nous apprend plusieurs choses.

  1. Notre association peut, selon ses statuts, faire un recours contentieux contre l’autorisation environnementale.
  2. Avec  la crise sanitaire que nous vivons, les délais de recours sont repoussés . C’est donc une nouvelle plutôt bonne, nous disposons donc de plus  de temps pour rassembler les finances nécessaire mais aussi pour nous organiser. La date butoir pour faire le recours est désormais le 24 Juin 2020. Nous gagnons donc environ 2 mois.
  3. Le budget. La difficulté du sujet est assez conséquente, et le budget dont nous devons disposer et d’à peu près de 5500€. Il nous faut aussi nous préparer à budgéter les éventuelles pénalités auxquelles nous pourrions être condamnés en cas d’échec.  Ces sommes pourraient s’élever à 3000€, dans le pire des cas. Nous devons donc réunir 8500€ d’ici début juin.  

Si d’aventure l’intégralité des sommes n’étaient pas dépensées, nous les utiliserons pour la poursuite des objectifs de l’association. Rappelons que les sujets ne manquent pas. Le résultat de l’enquête concernant le plan de servitude aéronautique est attendu dans les prochains mois. Il y a aussi d’autres sujets environnementaux sur notre commune, nous vous en reparlerons.

La semaine dernière, les parcelles de Chimimeca et de la future société de restauration collective voisine ont été aplanies et nettoyées, comme préparées pour la livraison aux entreprises de construction. 

Cette semaine, les travaux ont débutés pour l’accès de voirie de la société de restauration collective, des engins de chantiers sont sur la parcelle. Reste à savoir si les travaux d’accès ne concernent que la parcelle de l’entreprise de restauration.

Nous avons contacté cette semaine la SERL afin de savoir où en est la vente du terrain à Chimimeca, si elle est abandonnée comme le laissait croire le maire de Jonage en mars ou si le projet suivait son cours.

Ils ne peuvent malheureusement communiquer sur le sujet et l’avancement du projet, nous nous en doutions un peu, d’autant plus qu’il s’agit d’un contrat de nature privée. Mais, ils nous rappellent que des procédures sont en cours et qu’ils ne peuvent les commenter. 

Partagez cet article:

Pas encore de commentaires.